Différencier le souvenir normal du souvenir traumatique

Le point primordial est la non-datation du souvenir. C’est-à-dire que le souvenir réactivé déclenche la sensation qu’il s’agit d’un événement actuel et non d’un souvenir.

J.Smith (2016) distingue 3 niveaux :

Souvenir ordinaire

Souvenir enregistré en mémoire traumatique

Il y a une représentation de l’évènement, des bribes de souvenir plus ou moins complètes

Amnésie totale ou partielle du souvenir, ou au contraire des flashbacks confus du souvenir

L’émotion associée à l’évènement aujourd’hui est liée aux circonstances de rappel et à l’évènement lui-même

Anesthésie ou débordement émotionnel ou reviviscences, douleurs dans le corps

Le sentiment d’appartenance au souvenir : la sensation que ce souvenir nous est bien arrivé

Dépersonnalisation : le souvenir ne m’est pas arrivé ou il est arrivé à quelqu’un d’autre, etc. Il y a comme un détachement de son esprit

Déréalisation : ce n’est pas un souvenir mais plutôt un rêve, une idée étrange, etc.

Sentiment de persécution : il n’y a qu’à moi que ces choses arrivent, je suis seul, toute ma vie se résume à ce que j’ai vécu, etc.